S'identifier - Contact

Cafés Philos et Nouvelles Pratiques Philosophiques
Penser par soi-même

Mardi 01 Mars 2016

Un nouveau Café Philo à Epinay-sur-Seine (Espace Nelson Mandela)

Nouveau Nouveau Nouveau

Café Philo à L'Espace Nelson Mandela à Epinay-sur-Seine.

Date : le samedi 14 mai 2016.
Horaires : 19 heures à 21 heures.
Adresse : 64 avenue de la Marne 93800 Epinay-sur-Seine.
Tel : 01 49 71 99 35 (Espace Nelson Mandela), 06 89 52 00 38 (Bruno Magret)

bruno - 12:02 - rubrique i) Les infos (nouveaux Cafés Philos et autres interventions) - Version imprimable - Permalien - 2 commentaires

Samedi 30 Janvier 2016

Un Café Philo à la télé

Une télévision locale de Cergy

A voir !!!

Ce Café Philo a été enregistré par une télévision locale de Cergy en 2009.
Thème : "Le féminisme trouble-t-il l'ordre ?"
Ce débat a été organisé par l'AJILS (Association Jocassienne pour des Liens Solidaires)
Vous pouvez visualiser le débat en deux partie sur dailymotion.
Copiez les liens et introduisez les dans la barre de recherche de votre moteur de recherche.

Vidéo n°1 : http://www.dailymotion.com/video/x8s5lk_cafe-philo-le-feminisme-trouble-t-i_news#.UWsFaBxXQcO
Vidéo n°2 : http://www.dailymotion.com/video/x8sh20_cafe-philo-le-feminisme-trouble-t-i_news#.UWho3BxxIcM

bruno - 18:05 - rubrique R) Interviews TV et Radio - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Vendredi 29 Janvier 2016

Entretien Radio Motus

Ville d'Herblay

A écouter !

Entretien sur Radio Motus sur le Café Philo d'Herblay
Copiez ce lien :
http://www.radiomotus.fr/2013/03/entretien-avec-bruno-magret

bruno - 16:38 - rubrique R) Interviews TV et Radio - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 03 Janvier 2016

Café Philo à la médiathèque René Fallet à Villeneuve6St-Georges

Nouveau Nouveau Nouveau

Médiathèque René Fallet à Villeneuve St Georges

Date :
15 janvier et 01 avril 2016
Horaire : de 20 heures à 22 heures
Adresse : Médiathèque René Fallet 10 allée Mozart, Val St Georges 94190 Villeneuve-St-Georges.
Infos : Frédéric Saget : 01 56 87 13 40, Bruno Magret : 06 89 52 00 38
Participation gratuite

bruno - 10:37 - rubrique k) Où participer à un Café Philo ? (Débats ouverts à tous (lieux, dates et horaires) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mercredi 16 Septembre 2015

Hommage à la Vie

Prière laïque

Hommage à la Vie
(Prière laïque)



Hommage à la Vie, à l'Être !
A la Source de tous les êtres,
Par-delà le temps, Eternelle !
Que nous soyons unis vers Celle
A qui nous offrons nos hommages.

Louée sous tant de noms divers,
tant de cultes sur toute la terre,
Elle qui transcende tous nos savoirs,
Elle est l'Immanence et l'Espoir.
Mystère de la vie et de la mort,
Qui nous dépouille mais nous rend fort,
A jamais Inconnaissable,
Libre parce qu'Insaisissable.

Hommage à Elle, encore hommage !

Elle qui est Amour et Sagesse,
Désir, Idée et Ivresse,
Intelligence, Grace et Beauté,
Puissance, Esprit et Pure Bonté.
A Celle qui porte les plus beaux Noms
Comme
une musique aux plus beau Son.
Innommable, Indicible
Elle reste notre seule Bible.

Hommage à Elle, encore hommage !

A la Pure Créativité
Qui nous conserve par sa Bonté,
Qui nous détruit pour renouveler
Pour Créer et toujours Créer.
A la Vie, qui est Proximité,
Plus proche que notre intimité,
Bien plus profonde que l'abîme
Et bien plus haute que toutes les cimes.

Hommage à Elle, encore hommage !

A Celle qui réside en tout être,
Pour qui nos yeux sont des fenêtres.
A Celle qui habite dans nos coeurs,
Par delà bonheur et malheur.
A la fois notre Mère, notre Père,
Elle est l'Enfant, la Soeur, le Frère.
Elle est aussi l'Amant, l'Amante.
Elle est l'Ami, la Confidente.

Hommage à Elle, encore hommage !

Elle est le Pauvre et l'Emigré,
Le Juste que nous avons blessé,
Le Prisonnier et l'Affligé
Que nous n'avons pas visité.
Elle est Présence dans notre absence,
Absente dans notre complaisance.
Elle est Mendiante, si nous sommes rois,
Mais Reine, si nous avons la Foi.

Hommage à Elle, encore hommage !

Elle sacrifie son Unité.
Pour tous les êtres, Elle s'est donnée.
La seule prière à lui offrir,
Vivre pleinement et Mourir.
Son Sacrifice est le plus Pur.
C'est le Sang qui brise tous les murs.
C'est le Don qui peut tout racheter,
Nos erreurs comme notre passé.

Hommage à Elle, encore hommage !

A la Vie qui est Appétit,
Que l'on croque d'une Dent infinie,
Qui se fait plus douce que le fruit
Et dévore goulument nos vies.
C'est le Bon Pain et le Bon Vin
De ce Repas sacrificiel.
A ce Banquet, nous sommes tous Un,
Elles est nous tous et nous sommes Elle.

Hommage à Elle, encore hommage !

A Celle, qui étant Invisible,
Prend toutes les formes et devient Visible,
Se dévoile à travers le Voile,
A travers l'atome et l'étoile.
Nous avons tout perdu Ô Vie !
Nous sommes égarés dans la nuit.
Nous ne savons plus comment prier.
Je t'en prie, vient nous éclairer.

Pour te rendre hommage, encore hommage !

Les ténèbres sont déjà vaincues
Et ta Gloire est déjà connue.
Nous sommes vainqueurs, car nous sommes nés.
Nous sommes Vivants, nous sommes sauvés.

La Vie est un Don éternel.
Il faut le prendre à tire d'Ailes.
Ce qu'Elle donne, n'est jamais repris.
Si tu y crois, tu as la Vie.

Hommage à Elle, encore hommage !

Bruno Magret

Le vieux poêle



Loin, dans la campagne se cache une chaumière.
Quand la neige gagne, quand le froid de l'hivers,
Fait frissonner ses gonds, glace ses vieilles pierres,
Elle a dans son girond un vieux poêle toujours fier,
De réchauffer son coeur, de parfumer son âme,
De ses douces senteurs d'érable et d'acacia.
Il étincelle, crépite et craque pour la dame.
Et la braise palpite comme les premiers pas
D'un amoureux transit pour sa tendre beauté.
Le vieux poêle revit, se met à rougeoyer,
Comme un tendre matou se prend à ronronner.
Et par petits bouts la chaumière s'étire.
Au rouge de ses joues, on la sent qui délire
Sous le feu bien ardent de son vieux compagnon.
Alors ce chaud amour attire en son girond,
Le voyageur transit par la glace et le froid,
Qui au vieux poêle, ravit, vient y chauffer ses doigts.

Bruno Magret

 Le Bâtard



De l'effroyable Nuit, de l'interminable Flux bacchanal, j'ai surgi.
Et comme le Nouveau-Né je crie : "Je Suis ! "
Dans l'Accident sans fin, Je suis le petit Point, L'à peine construit.
Je suis l'Impossible Elan au millieu de tant d'irréversibles impossibilités.
Je suis le Germe de Vie au coeur de tant de tentatives avortées.
Malgré les chaos qui m'ont maudit, J'ai surgi de l'insondable Nuit et Je Vis !
Je suis l'Inespéré, jamais personne ne m'a désiré.
Pour marâtre, Je n'eu qu'une prostituée, pour géniteur, un de ces anonymes lâche et marié.
Sans père et sans mère de ma propre Lumière, Je Suis Né !
Ce fut dans un hôtel borgne et sans jour où plus rien ne se prétend pour toujours.
Pourtant, dans la solitude de ce vain bonheur, dans cette chambre à peine chauffée, Moi le Bâtard, comme un voleur, J'y dérobais l'Amour volé.
Cette rencontre était ma Ruse et que m'importe vos morales si J'en use.
De cette Joie délaissée au fond du lit sale et froissé, Je Suis Né !
Malgré cet ébat sans soleil, J'y ai trouvé Merveilles, J'en ai racheté toutes les Etincelles.
Tant de forces contraires contre Moi s'étaient liguées, afin que ma Venue fut avortée.
Ils tentèrent tout, pour de moi se préserver. Mais Je me ris de leur légitimité, Je suis l'Illégitime et Je Suis Né !
Enfant, Je me joue des règles et des vanités.
De Naître et de Mourir, J'ai décidé.
Mon Innocence peut tout renverser. Mon Ignorance peut tout maîtriser.
Je suis cet Impossible Germe de Vitalité, viens te réchauffer à ce feu guerrier.
Je suis le pur Hasard, la Providence manisfestée au coeur de tant d'hostilités.
Je suis l'Erreur confondant sages et savants, en toute Simplicité.
Je suis l'Inconnu des sciences exactes, bousculant la pédant. Je suis l'Inattendu.
Je suis le Sombre, le Solitaire et Je me ris du plus grand nombre.
Je suis l'Egal et tous ces mensonges : le droit l'égalité...me sont égal.
Je suis le Miracle oublié par vos pères au fond de vos poubelles et Je me moque de vos dentelles.
Je suis Eros, Je suis l'Exclu, Je suis le Prince rejeté au coin de vos rues.
Je suis le Rat qui grouille à vous apeurer dans les égouts de vos pensées.
Je suis la Femme, la mal aimée, mais je vous séduis, quand dans vos rèves, Je vous envoie tous mes Oiseaux de nuit.
Je suis descendu au coeur de vos enfers.
Je suis l'Inadmissible Vie qui en revient toujours plus fière.
Je suis l'Unique et sur vos similitudes, Je me suis assis.
Sur vos déchets même, Je revis et Je me Reproduis à l'infini.
Auprès de Moi, vous n'êtes pas. Vos beautés et vos richesses sont ternes et sans éclat.
Moi le Fragile, Je suis Puissance et Je suis Joie. Je n'ai peur ni de l'errance, ni de l'exil.
Je suis Ténèbre pour vos lumières et vos foyers, hors d'atteinte, là où vous n'osez aller.
Je suis l'Inconscience qui circoncit cet appendice que vous nommez "conscience".
Je la dévore, car la mort même je l'ai mangée.
Je suis la Vie et Je suis la Mort.
Je suis l'Ivresse de vos vies raisonnées.
De vos routes fléchées, Je suis le Chemin de traverse.
Je suis l'Orgueil et devant moi, vous paraîtrez.
Je suis le Rire au moment même où vous mourrez.
Je suis le Bâtard de vos instants et le Désir ardent qui vous surprend.
Je suis la Faim, Je suis l'Amour, Je suis sans fin.
Je suis l'Ogre qui se nourrit de vos vies sobres.
Mes Dents sont saines, n'ayer pas peur.
Mes Morsures sont des Brulûres de Bonheur, car Je vous aime.
Mais quoi donc ! Je vous inspire de la terreur ?

Bruno Magret

bruno - 16:37 - rubrique Q) Le coin poésie - Version imprimable - Permalien - 5 commentaires

Vendredi 11 Septembre 2015

Touche pas au grisbi !!!

Une histoire de dette


L'avis d'un cityoyen lambda


La Grèce a contracté une dette d'argent à l'égard de ses partenaires européens. Ces derniers temps, ce pays semble avoir été mis au pilori par ses créanciers. Selon le récit de Yanis Varoufakis, ex ministre des finances du gouvernement grec : "Leur seul objectif était de nous humilier.". L'Europe ultra libérale a-t-elle voulu mettre à genoux Syriza, le parti de la gauche radicale grecque actuellement en charge du gouvernement à Athènes ?
N'étant prisonnier d'aucune idéologie politique, ce n'est donc pas sur ce terrain que j'envisage, ici, de donner mon point de vue.
Il est vrai que je ne suis qu'un citoyen lambda avec ses lacunes tant économiques que politiques. Mais par contre, sans être pour autant un spécialiste dans ces matières, dans un pays démocratique chaque citoyen(ne) est pourtant appelé(e) à se prononcer sur la manière dont il veut être gouverné. De l'antique démocratie directe athénienne, où le tirage au sort décidait des citoyens qui devaient accéder aux responsabilités, il nous reste les jurés populaires de la Cour d'Assises. Tirés également au sort, et n'étant pas nécessairement des spécialistes du Droit, les jurés peuvent en dernier ressort prendre appui sur leur "intime conviction".
Cette "intime conviction", est une intuition qui n'est pas très éloignée de ce que Descartes appelait la "nature simple". C'est à travers cette "simplicité" de l'intelligence que se révèle "l'évidence claire et distincte" du "bon sens" cartésien, que l'on ne confondra pas ici avec le sens commun. Si nous sommes égaux devant la mort, nous le sommes également dans la "simplicité" de l'intelligence naturelle. La pensée, d'où découle la culture occidentale moderne, recommande de nous inspirer de cette "lumière naturelle" issue de notre propre entendement universel, dont Kant nous invitait à nous servir courageusement pour échapper aux nombreuses tutelles qui nous asservissent. Rappelons-le, Cette "lumière naturelle" est dès la philosophie grecque, en passant par l'Humanisme, au fondement du Grand Siècle des Lumières, puis de nos valeurs démocratiques et républicaines actuelles depuis la Révolution française.
C'est au titre de ce "bon sens" que je revendique le droit de donner mon avis, sans être catégorisé et enfermé dans la vision étroite des partis pris idéologiques et de l'échiquier politique.
Mon avis s'appuiera également sur ma sensibilté humaniste et sur la tradition philosophique de mes racines, puisque cette affaire concerne la Grèce, l'un des berceaux de la pensée occidentale moderne.

Le mépris de nos racines

Nos hommes et nos femmes politiques européens ne se lassent de pas brandir l'étendard des valeurs démocratiques et des Droits de l'homme, face aux idéologies totalitaires, aux dictatures et aux dictateurs qui sont, au nom de cet idéal, assignés devant les tribunaux internationnaux. Mais ces hommes et ces femmes politiques semblent oublier que ces valeurs leur sont inspirées par l'héritage que nous a laissé la démocratie athénienne. A l'occasion de ce que l'on a appelé la crise grecque, l'Europe nous a montré un visage intraitable, voire vindicatif et sans compassion, très éloigné de ces valeurs.
Il n'était guère question à ce moment là des Droits de l'homme et du citoyen, mais plutôt d'un scénario dans le style d'un film très connu : "Touche pas au grisbi".
Ceux qui en sont encore à se questionner sur la filiation culturelle de l'Europe, qu'elle soit judéo-chrétienne, gréco-romaine, religieuse ou laïque n'ont pas compris dans quel état de conscience sont les européens, puisque l'esprit qui anime l'Europe d'aujourd'hui repose sur l'étroitesse d'une conception déracinée, purement économiste et financière du "Marché". Les temps sont à la réduction de l'homme, à la petitesse où priment les dettes d'argent sur celles de l'honneur et de l'éthique.
Car au fond, qu'est-ce que la dette financière grecque à côté de l'héritage que la Grèce nous a transmis ? Pourrions-nous nous pavaner aux yeux des autres Etats, en prétendant incarner le monde libre sans cet héritage ? Que seraient nos valeurs telles que la liberté, l'égalité, la fraternité, la laïcité, les Droits de l'homme...sans ce don que la Grèce a fait à l'Europe ? Que seraient nos sciences et nos arts sans ce berceau où reposait l'enfance de l'Europe, dont le nom même est emprunté à la mythologie grecque ?
Mais voilà qu'à présent, les fils et les filles de cette nourricière se retourne contre leur mère, exigeant le remboursement d'une misérable dette d'argent, sous peine d'être exclue de la famille européenne. Notre monde va-t-il si mal ?
Je suis d'ailleurs très étonné de ne pas entendre sur le sujet nos philosophes patentés et médiatisés alors que certains d'entre eux se font pourtant les défenseurs de causes lointaines. Les philosophes académiques sont souvent très éthnocentriques. Ils prétendent que la Grèce antique, par je ne sais quel miracle grec, aurait inventé à elle toute seule la philosophie. Ils font de l'occident le lieu où aurait été inventé l'amour de la sagesse (philosophia en grec), mais les voici incapables de se casquer, telle Athênâ, pour partir en guerre contre la manière dont la Grèce est aujourd'hui traitée par l'Europe. Pourquoi ce silence devant le traitement infligé à leur mère patrie ?

Le temps où l'Europe et la Grèce ont été généreuses avec l'Allemagne

Les européens ont eu pourtant plus d'égard envers l'Allemagne qui, enfantant d'un monstre, a mis l'Europe à feu et à sang sous le régime nazi. Les accords de Londres avaient permis en 1953 à la République Fédérale d'Allemagne d'annuler plus de 60% de la dette qu'elle avait contractée avant et après la seconde guerre mondiale.
Ne l'oublions pas, la Grèce était alors l'un des 21 créanciers de l'Allemagne. Mais l'argent primait déjà sur tout le reste. Il fallait protéger le miracle économique de la nouvelle Allemagne, d'autant que les Etats-Unis souhaitaient que la RFA soit un rempart contre le bloc soviétique. Les créanciers autorisèrent même la suspension des paiements de la pauvre endettée en cas de mauvaise conjecture.
En 1941, un montant de 476 millions de Reichsmarks (la monnaie allemande de l'époque) avait été directement extorqué à la Grèce par l'Allemagne nazie. En 1946, l'Allemagne avait donc été condamnée à payer 7 milliards de dollars à la Grèce. Cette dette, qui n'est toujours pas remboursée, n'était pourtant pas couverte par les accords de Londres de 1953. Lors de la réunification des deux Allemagnes, la Grèce avait généreusement accepté de tirer un trait sur cette dette qui, aujourd'hui, lui rendrait bien service (1).
Pourquoi donc, au regard de ce passé où la Grèce a su, elle, être généreuse, ne pas mutualiser sa dette sur le plan européen ? Pourquoi ne pas renvoyer l'ascenceur ? Nous savons que le coût de cette mutualisation ne représenterait pas grand chose dans le budjet européen.
En conséquence, Reste la peur de devoir prendre en charge, maintenant et à l'avenir, les dettes des autres pays européens en difficulté économique. Par exemple, Faudrait-il à présent faire ce cadeau à l'Espagne, à l'Italie ou au Portugal ? Cette peur a été l'une des raisons de la dureté de l'Europe envers la Grèce. Mais on ne peut pas au regard de l'histoire mettre tous les pays européens sur le même plan. C'est oublier que l'Allemagne a une dette envers la Grèce qui a été victime du nazisme. L'Espagne et l'Italie ne risquaient pas de figurer parmis les créanciers de l'Allemagne, puisque les nazis ont été leurs alliés. Quant au Portugal, c'était un pays neutre pendant la seconde guerre mondiale.

La construction artificielle de l'Europe

Et quand bien même ! Certes, à l'avenir, l'Europe serait tenue de mutualiser les créances de chacun de ses membres en cas de difficultés économiques graves. Nous voilà dans un problème causé par les valeurs qui sont au fondement de la construction européenne. Voilà les européens en face de leurs propres contradictions. Si l'Europe est une véritable Nation, doit-elle laisser un de ses membres au bord de la route ? Le temps n'est-il pas venu de fonder une Europe politiquement, économiquement et socialement unie, plutôt qu'une grande foire économique et financière seulement ? A nous d'être vigilants sur le plan politique, économique et social, afin de ne pas laissé entrer n'importe qui dans l'Union européenne. Aveuglés par les profits futurs du "Grand marché" européen, il est vrai que nous n'avons guère été patients dans cette construction de l'Europe. Parfois même, au mépris des peuples, qui à l'occasion de referendums soit disant démocratiques, s'étaient déclarés majoritairement hostiles à certaines étapes de cette construction. Il est vrai, également, que nous n'avons guère été vigilants jusque là, concernant les capacités économiques et la volonté de respecter les droits humains les plus élémentaires des pays postulants.
Nous avons même entendu dire, que la mystérieuse et opaque banque d'investissement internationale Goldman Sachs aurait aidé la Grèce, en 2001-2002, à maquiller ses comptes pour aider Athènes à rester dans l'Euro (2). Arté, la chaîne de télévision la plus intelligente du paysage audiovisuel français (ce n'est pas difficile), avait produit, il y a quelques temps, un documentaire fort saisissant sur l'emprise de Goldman Sachs en Europe (3)

Etranges ces européens qui ne veulent que partager les bénéfices de cette Grande Europe du Commerce, mais pas les risques. Il ne fallait pas construire l'Europe par le commerce et le petit bout de la lorgnette, mais être patient et la fonder de manière véritablement humaine. L'Europe est aujourd'hui une tour de Babel et le colosse aux pieds d'argile menace de s'écrouler à chaque crise et éternuement politique.

Une Allemagne et une Europe solidaires

Si l'Europe veut survivre, il lui faudra se refonder sur des bases humanistes et solidaires. C'est la solidarité et le partage, et non l'égoïsme des intérêts individuels, qui rendent les hommes forts. C'est tout le contraire de l'illogisme ultra libéral qui tente, à coup de propagande médiatique, de nous faire passer des vessies pour des lanternes. L'égoïsme est un cancer qui divise et détruit le corps social. Et le corps social de l'Europe n'est, quant à lui, même pas encore constitué...Il est d'ailleurs fort possible que l'Europe ne soit très prochainement qu'un enfant mort-né.
Ce visage intraitable de l'Europe vis à vis de la Grèce fut, semble-t-il, principalement porté par l'Allemagne. La Chancelière Angela Merkel se serait montrée très dure vis-à-vis des grecs.

S'il nous faut parler de dettes, il en est qui sont impossibles à renbourser. Il est des crimes dont le pardon même dépasse le cadre purement humain, tout en étant un impensable sur lequel la "raison" et les plus grands penseurs viennent se briser.
Il ne suffit pas, au nom de la réconciliation des peuples d'Europe, qu'un Président français (François Mitterrand) et un Chancelier allemand (Helmut Kohl) se tiennent par la main au cours d'une belle cérémonie à Douaumont, le 22 septembre 1984, pour annuler deux guerres mondiales et une dette liée au plus grand crime contre l'humanité jamais commis. L'inconscient collectif européen n'avance pas à la même vitesse que les calculs politiques et économiques.
Nous sommes encore loin des sept générations, selon la métaphore biblique, pour que l'horreur d'Auschwitz soit digérée par les européens. Chaque enfant qui naît à présent dans cette Europe doit découvrir et admettre un génocide encore impossible à porter dans l'Histoire. Comment expliquer à nos enfants, au-delà des seuls aspects historiques et sociologiques, les raisons profondes qui ont conduit à une telle horreur, pour leur permettre de dépasser ce traumatisme ?
Si comme on le dit, l'Allemagne est à la tête de cette Europe impitoyable vis-à-vis du peuple grec, il serait temps qu'elle fasse un premier pas dans la réparation des dommages qu'elle a causé dans son histoire.
Des hordes germaniques, qui ont plongé une partie de l'Europe sous la tutelle des dictatures aristocratiques renversées par la Révolution française, en passant par le Saint-Empire Romain Germanique, jusqu'au troisième Reich, on ne peut pas dire que l'Allemagne ait été dans son histoire un modèle de démocratie.
Il n'y a pas de germanophobie dans mes propos, pour la simple raison que je suis moi-même citoyen d'un pays au passé colonial, dont l'Etat a nettement collaboré avec les nazis et leurs horreurs.
Par ailleurs, par souci d'objectivité, il est à noté que ces derniers temps, l'Allemagne a donné le ton pour aider les réfugiés. Même si en arrière plan, des besoins démographiques et de main d'oeuvre ont poussé nos voisins et amis à une telle générosité. Il ne faut pas croire non plus, indépendamment de la dictature des bons sentiments et des émotions, que le débat sur la nécessité d'étendre à l'ensemble des pays européens une telle générosité, est loin d'être clos. Le danger, en agissant dans l'urgence et l'émotion, est de faire vaciller l'opinion européenne dans l'extrême droite. L'enfer est souvent pavé de bonnes intentions. Quoiqu'il en soit, accordons à l'Allemagne de louables intentions.

Mais concernant la dette grecque, l'Histoire donne ici l'occasion à ce grand pays qu'est l'Allemagne, d'être le modèle d'une Europe démocratique et réellement humaniste, et pas seulement d'être le premier moteur économique de l'Union Européenne.
La dette grecque serait pour l'Allemagne l'occassion de montrer au monde qu'un grand pays économiquement fort, peut être aussi solidaire. Jusqu'à présent, les autres semblent avoir échoué.

Bruno Magret



--------------------------------------------------------------------------

(1) Voir sur le sujet les articles suivants de Mathilde Golla du Figaro et de Le Vif.be, l'Express :
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/01/27/20002-20150127ARTIFIG00150-quand-la-grece-acceptait-d-efface-la-dette-allemande.php
http://www.levif.be/actualite/international/I-allemagne-renvoyee-a-son-passe-sur-la-question-de-la-dette-grecque/article-normal-405047.html

(2) Voir sur le sujet l'article du point :
http://www.lepoint.fr/economie/le-gouvernement-grec-pourrait-poursuivre-goldman-sachs-12-07-2015-1943854_28.php
(3) Voir ce documentaire qui a été diffusé sur Arté :
"Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde" de Jérome Fritel et marc Roche.

bruno - 16:21 - rubrique p) Mes réflexions sur des sujets d'actualité - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mercredi 26 Août 2015

Nouveau Nouveau Nouveau

Un Café Philo à Villeneuve St Georges

Café Philo à la Médiathèque René Fallet de Villeneuve St Georges

Date : le vendredi 15 janvier et 01 avril 2016.
Horaire : de 20 heures à 22 heures.
Adresse : Médiathèque municipale René Fallet, 10 allée de Mozart, Val St Georges, 94190 Villeneuve St Georges.

Infos : Frédéric Saget : 01 56 87 13 40, Bruno Magret : 06 89 52 00 38
Participation gratuite.

bruno - 15:52 - rubrique i) Les infos (nouveaux Cafés Philos et autres interventions) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mardi 25 Août 2015

Café Philo à Jouy-le-Moutier

Café au Centre Culturel de Jouy-le-Moutier

Café Philo au Centre Culturel de Jouy-le-Moutier
pour l'AJILS "Association Jocassiènne d'Innitiative et de Liens Solidaires"


Dates : les mardis 12 janvier, 09 février, 29 mars, 12 avril et 17 mai 2016.
Horaires : de 20 heures 30 à 22 heures 30.
Adresse : Centre Culturel 96 avenue des Bruzacques 95280 Jouy-le-Moutier.
Participation aux frais (consommations Café, Thé...) : 03 €
Infos : Michel Lecrompt : 01 34 43 74 43, Daniel Dallan : 06 79 18 23 01, Bruno Magret 06 89 52 00 38



bruno - 18:03 - rubrique k) Où participer à un Café Philo ? (Débats ouverts à tous (lieux, dates et horaires) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Plus d'articles :

A propos de ce blog

Calendrier

Mars 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031